Goûts & aspects

La micro-pousse de tournesol à un goût de noix, de graine de tournesol crue et d’huile vierge de tournesol, vif et frais.

Elle est constituée d’une tige robuste et de feuilles vertes croquantes, sa texture est similaire à celle des épinards frais. Grasse et croquante, elle est généreuse en bouche et en qualité nutritionnelle.

En cuisine

Les micro pousses de tournesol sont délicieuses comme collation ou en accompagnement dans les sandwichs, les soupes, les salades, les œufs brouillés, les pâtes, les risottos, en smoothie, en jus vert… Les feuilles et les tiges sont toutes deux comestibles.

Comme toujours, micro-pousses, aromates, légumes brutes et autres merveilles de la nature où issues d’une agriculture saine, n’auront que votre imagination comme limites pour émerveiller vos sens, nourrir vos cellules et votre esprit.

Rejoignez nous et partagez vos créations sur Facebook : Les Jardins TOTEM

Nutrition

Nutriments : Faible en calories, c’est aliment complet contenant en abondance de la chlorophylle, des protéines, des acides gras polyinsaturés, potassium, phosphore, magnésium, calcium, fer et vitamines A, B: B1, B3, B6, B12, D et E.

Propriétés : Donne beaucoup d’énergie. Ses fibres abaissent la tension artérielle et facilitent le transit intestinal. Les micro-pousses de tournesol aide à réduire la pression sanguine, à augmenter l’élasticité des artères et à prévenir les maladies du cœur. Elles contribuent à prévenir les maladies cardiovasculaires, l’ostéoporose et la dépression.

Comme tous les autres aliments elle doit être consommé en quantités adaptées et régulières, uniquement dans le cadre d’un régime alimentaire équilibré. Ces propriétés sont tirées d’ouvrages scientifiques ou sites Internet de référence. Ces informations sont données à titre informatif, elles ne sauraient en aucun cas constituer une information médicale, ni engager une responsabilité. Pour tout usage des micro-pousses dans un but thérapeutique, veuillez consulter un médecin.

Histoire

Cette plante a été domestiquée par les Amérindiens et les Mexicains qui l’utilisaient pour ses propriétés alimentaires, médicinales et tinctoriales. Les graines contenaient alors environ 20 % d’huile. Il faisait partie du mythe de la création chez les Onondagas tandis qu’il était associé au dieu de la guerre Huitzilopochtli chez les Aztèques.

L’hypothèse qu’elle provenait initialement de l’Ouest de l’Amérique du Nord (ouest du Canada et des États-Unis, centre et sud des États-Unis, nord du Mexique), semble être remise en question par la découverte en 2010 d’empreintes fossilisées de fleurs semblables à des astéracées, plus anciennes car datées d’environ 50 millions d’années, au nord-ouest de la Patagonie.

Elle a été introduite en Europe au xvie siècle par les Espagnols. On la trouvait cultivée au début du xviiie siècle en France dans le Languedoc, en particulier à Massillargues et Lunel aux environs de Nîmes. La sommité était recueillie pour faire de la « teinture en drapeau », chiffons imprégnés de teinture qui sont ensuite exportés à Lyon, en Allemagne, en Hollande et en Angleterre pour donner une jolie teinte au vin.

Sa culture comme plante oléagineuse se développa au xixe siècle en Russie où, grâce à la sélection, la teneur des graines en huile atteint alors 40 % d’huile. C’est en interdisant la consommation d’aliments riches en huile pendant le carême et la période précédant Noël, que l’Église orthodoxe a, par réaction, développé la culture du tournesol qui était trop méconnue pour être sur la liste.

Vers les années 1950, la recherche se porte sur des hybrides F1. En 1969, le Français Patrice Leclercq (INRA de Clermont-Ferrand) découvre un caractère de stérilité qui permet de faciliter la production de semences hybrides F1. Ce caractère génétique permet le doublement de la production mondiale, désormais utilisé dans le monde entier. La culture du tournesol est aujourd’hui largement répandue sur tous les continents.